Mise au point : depuis son invention, la convention expliquée ci-dessous est sujette à de nombreuses variantes. Celle expliquée ici a quatre paliers, et son contexte (points) est extraite du livre "La majeure 5ième gagnante... et tous ses secrets", de Philippe Soulet et Thierry Rouffet, système d'enchères qui est une extension du S.E.F. (Système d'Enseignement Français)

Le Roudi original est une convention (inventée par Jean-Marc Roudinesco) où la réponse (de l'ouvreur) consiste en quatre paliers.
La situation classique est la suivante : après ouverture, le partenaire nomme une majeure au palier de 1 et l'ouvreur dit 1SA.

Ouvreur     Gauche     Partenaire     Droite
1♣//        Passe        1/♠              Passe
1SA           Passe         ?
 

Le partenaire a au moins cinq cartes dans sa majeure. Il a au moins 11 H (parfois 10).
Espoir de manche, voire de chelem.

La convention est alors, pour le partenaire, de dire 2♣. Les réponses de l'ouvreur sont au nombre de quatre; il existe plusieurs systèmes, voici (je pense) le plus facile à retenir, avec comme moyen mnémotechnique 2332.

       2♦       12-13H et 2 cartes dans la majeure
       2♥       12-13H et 3 cartes dans la majeure
       2♠        14H et 3 cartes dans la majeure

       2SA     14H et 2 cartes dans la majeure

Le partenaire sait à présent à quoi s'en tenir, et peut continuer à enchérir, conclure, etc...

Notez que si, partenaire de l'ouvreur, vous adoptez cette convention, vos enchères, après sa redemande à 1 Sans-Atout sont modifiées de la façon suivante (notation m=mineure, M=majeure) :

      Main limite                         Roudi
      Main bicolore 5♠ et 4        Roudi
      Texas pour 3♣                    2SA
      Majeure 6ième, chelem ?    3M
      5m et 4M, 11-12H               2SA Texas pour 3♣ puis on nomme le résidu

Il existe aussi le Roudi ou la réponse (de l'ouvreur) consiste en trois paliers seulement, à savoir :

       2♦        2 cartes dans la majeure
       2♥       12-13H et 3 cartes dans la majeure

       2♠        14H et 3 cartes dans la majeure 

Nous le décrirons en détail dans le prochain hebdobridge !

 

 

Un certain Zar Petkov, d'origine bulgare, a établi des règles particulières, basées sur des analyses mathématiques, permettant d'ouvrir une main avec parfois bien moins que les fameux 12 HL règlementaires.
Voici un exemple d'une telle main :

♠  7

  A 9 4 3

  D V 9 7 4

♣  R 6 2

Cette main ne compte qu'une dizaine de points, mais pourtant, elle est "ouvrable", suivant monsieur Zar Petkov.
Comptez vos points "ZAR" : s'il font au moins 26-27 points ZAR, ouvrez, même si cela vous paraît bi-zar ! (ici, 1 )

ZAR = points d'honneur comme d'habitude, PLUS 2 points par As et 1 point par Roi, PLUS deux fois le nombre de vos cartes dans la couleur la plus longue, PLUS une fois le nombre de vos cartes dans votre seconde couleur (en longueur), MOINS le nombre de vos cartes de votre courte (zéro si vous avez une chicane). Ca paraît un peu compliqué, mais après quelques exercices, ça devient facile...
Ici, cela donne 10 + 2 + 1 + 10 + 4 - 1 = 26 >>> ouvrez !

Exercice : vous détenez ceci :

 ♠  R 9 8 7 6 4

  A 9 4 3 2

  7 4

♣  -

Ouvrez-vous ?
La réponse est ouiii : vous avez 27 ZAR, vous ouvrez de 1 ♠. Une ouverture de 2 ♠ faible serait de toute façon inappropriée, vue votre longueur en  )

Une constatation évidente
Il y a 40 points d'honneurs dans le paquet de 52 cartes, vous le savez tout aussi bien que moi, n'est-ce pas !
Conséquence
Vous jouez par exemple en défense : lorsque le mort s'étale, prenez le temps (le faites-vous systématiquement ?) de compter les points que vous voyez au mort, les additionner aux vôtres ainsi que ceux montrés au premier pli et tous ceux révélés par les enchères. Déduisez ce nombre de 40, et cela vous donnera une bonne estimation de la localisation probable des points manquants.
Exemple 1
Donneur Est, tous vulnérables, tournoi par paires
Ouest   Nord    Est       Sud
 -          -          Passe   Passe
 2       Passe  Passe   Passe
Nord entame du Valet de Coeur, et votre partenaire étale ses cartes.
Voici le topo :
            Ouest                                         Est (le mort)
            ♠  A R 8 6 5 2                              ♠  9 7 3
            ♥  6 3 2                                         8 5 4
            ♦  V 6 2                                         A 5 3
            ♣  8                                            ♣  A D V 2
Sud remporte les trois premières levées avec la Dame, le Roi et l'As de Coeur.
Il contre-attaque ensuite du 10 de Carreau.
Quel est votre plan de jeu ?
Vous avez déjà vu 9 points en Sud; avec les vôtres et ceux du mort, cela fait 28 points.
Il en reste donc 12 "dehors" et Sud ne peut en avoir plus de 2 puisqu'il n'a pas ouvert (9 + 2 = 11).
Donc Nord possède au moins 10 points.
Ne fournissez donc pas pour l'instant le Valet de Carreau sur le 10 et prenez la levée de l'As.
Jouez deux tours d'atout (en débloquant le 9 du mort) : les atouts sont 2-2, la Dame de Sud s'écrasant au second tour.
Vous savez donc à présent très précisément localiser tous les honneurs manquants non vus : ils sont tous en Nord.
Ce sont les Roi, Dame de Carreau et le Roi de Trèfle.
Parfait vous dites-vous, je sais que l'impasse au Roi de Trèfle va réussir, mais il y a mieux (n'oubliez pas, vous jouez en tournoi par paires et il vous faire un maximum de levées).
Ayant conservé le Valet de Carreau et débloqué vos Piques, vous pouvez squeezer Nord sur les Carreaux et les Trèfles !
Regardez plutôt le diagramme de la fin du coup, après avoir joué quatre fois Pique :
                                        Nord
                                        ♠  -
                                        ♥  -
                                        ♦  R D
                                        ♣  R x x
            Ouest                                                   Est
            ♠  5 2                                                    ♠  -
            ♥  -                                                         -
            ♦  V 6                                                     5
            ♣  8                                                      ♣  A D V 2
Continuez à tirer vos Piques :
    1. Si Nord écarte ses deux Carreaux, encaissez-y le Valet avant de terminer par l'impasse Trèfle.
    2. Si Nord défausse un Carreau et un Trèfle, faites l'impasse Trèfle, tirez l'As, le Roi s'écrase, et encaisser le dernier Trèfle.
    3. Si Nord défausse deux Trèfles, son Roi est sec et vous défilez vos Trèfles maîtres du mort.
L'idée de ne pas mettre le Valet de Carreau et de débloquer le 9 d'atout n'est pas évidente, je vous l'accorde.
Elle est celle de très bons joueurs qui anticipent déjà le squeeze éventuel de la fin du coup ...
C'est-à-dire, avant même d'avoir appelé la première carte du mort à l'entame !
 
 

 

 
 

 

Situation
Votre camp détient la majorité des points et les adversaires se sont sacrifiés espérant diminuer votre score en vous concédant moins de points que votre manche à Pique vulnérable.
 
Conséquences
Avec peu de points, la seule façon pour le déclarant de limiter la casse sera certainement la coupe.
Vous pouvez donc entamer atout, même parfois au risque  d'y perdre un pli, et encore ultérieurement si vous en avez l'occasion, pour empêcher le déclarant d'établir par exemple une stratégie de double coupe.
 
Exemple (Est/Ouest vulnérables)
Ouest   Nord    Est     Sud
1♠        2SA     4       5♦       (2SA = au moins 5-5 dans les mineures)
 X         Passe  Passe Passe
 
Votre main en Ouest :
♠  A R D 5 2     8 6 A 6 5  ♣  8 5 4
 
Il est tentant d'entame de l'As de Pique, pour "voir le mort", n'est-ce pas ?
Mais vous savez que celui-ci détient au maximum trois cartes en majeure, et le risque est grand qu'il coupe dès l'entame.
Ce faisant, le déclarant aura le champ libre pour établir un jeu de coupe, voire de double coupe.
Alors, sans jeu de mots, coupez lui l'herbe sous le pied et entamez Carreau ! Quelle carte ? L'As suivi d'un petit et ainsi 4 atouts de l'adversaire disparaissent !
Ayant vu le mort grâce à l'As d'atout, on peut éventuellement encaisser un Pique au deuxième pli....

Il n'est pas rare de voir, une fois les enchères terminées, une entame faite hors tour, c'est-à-dire par le partenaire du joueur qui devrait légalement entamer.

L'entame est considérée hors tour, si la carte est déposée face visible.

C'est alors le déclarant qui décide, d'après la "loi" 54, de la suite des évènements :

1. Le déclarant étale sa main
Le déclarant devient le mort et vice-versa.
 
2. Le déclarant accepte l'entame
Le mort reste ... le mort et étale son jeu.
 
3. Le déclarant doit accepter l'entame ...
... s'il a pu voir une ou plusieurs cartes du mort.
 
4. Le déclarant refuse l'entame
C'est donc au "bon" entameur d'entamer, mais le déclarant doit alors choisir :
   A. Obliger une entame dans la couleur entamée hors tour
   B. Refuser une entame dans cette couleur
   C. Laisser le choix : dans ce dernier cas, la carte fautivement entamée est pénalisée