Notre club (Club de Bridge Saint Lambert), ... non ..., tous les clubs de bridge essayent d'être un maximum convivial !

 

Les tournois dits "de régularité" (chez nous, tous les jeudis après-midi) s'adressent souvent à des joueurs de niveau moyen, voire des débutants, et notre club n'échappe pas à la règle.

Vous relirez le paragraphe n° 6 de notre règlement (Règlement du club) qui spécifie : ..."Le but du club est de promouvoir un bridge convivial. Il ne s'adresse pas aux joueurs "professionnels et assimilés", ni à ceux qui ne pensent qu'aux règles strictes,  au code et à l'appel fréquent à l'arbitre.  Au contraire, nous voulons accueillir les paires moyennes mais aussi les paires moins expérimentées, auxquelles les paires plus aguerries se feront un devoir de mieux faire connaître notre jeu favori,  en toute convivialité."

On attend donc de tout un chacun d'être aimable, correct, flexible, de ne pas hausser le ton intempestivement, de toujours rester courtois et souriant.

 

La réalité de tous les jours est hélas parfois bien différente.

Voici l'extrait d'un article du Bridge Info (revue officielle de la ligue des cerches de bridge de la communauté française belge) n° 169 (page 32, 3ième trimestre 2017). L'article est intitulé "Formation au Bridge au CB Smohain" : ..."Cependant tout n'est pas toujours rose. Lors des premiers tournois avec participation de néophytes, l'un ou l'autre joueur averti a préféré appliquer aggressivement le code et gagner une levée au lieu de proposer simplement la rectification de l'erreur du débutant. En un instant, on réduit ainsi à néant plusieurs mois d'efforts pour intégrer ces nouveaux adeptes. En effet, depuis, les victimes de ce comportement maladroit ont malheureusement renoncé à fréquenter les tournois hebdomadaires pour se tourner vers un "bridge des familles"".

 

Et cet exemple n'est qu'un des nombreux comportements qui nuit profondément et souvent durablement à la bonne anbiance des clubs.

N'oubliez pas que nos tournois de régularité sont là pour nous divertir, évoluer dans notre bridge (Christian Dexhorez, membre du comité et professeur de bridge se fait toujours un plaisir de fournir des explications sur l'une ou l'autre donne du jour), faire la connaissance d'autres joueurs dans une ambiance chaleureuse.

Si à la table, l'un ou l'autre joueur vous importune, de quelle que manière que ce soit, n'hésitez pas à appeler discrètement et immédiatement l'un des membres du comité présent afin de règler le différent et de prendre les mesures qui s'imposent, que ce soit par rapport au règlement ou à l'attitude des joueurs.

 

Pour terminer, quelques conseils de la Fédération Belge Francophone : Soyez Sympa !

 

 

 

L'hebdobridge n° 36 vous a donné l'exemple d'une carte pénalisée.
Il s'agissait du cas où un joueur défausse une carte, alors qu'il devait suivre dans la couleur, et que ce fait a été constaté par ses adversaires.

Il y a bien d'autres cas où une carte est pénalisée, on en reparlera dans un futur hebdobridge !

La carte est donc pénalisée : elle est laissée face visible sur la table devant le joueur à qui elle appartient.

Je passe ici volontairement la notion de carte pénalisée principale et secondaire, afin que les explications restent ... compréhensibles pour tout un chacun, sachant de toute façon que le cas d'une carte pénalisée secondaire est encore plus rare que celui d'une carte pénalisée principale !

Donc la carte est pénalisée, ce qui veut dire précisément que :
 
1. La carte pénalisée doit être jouée à la première occasion, que ce soit pour attaquer, fournir, défausser ou couper.
2. Quand c'est un joueur de la défense qui attaque, alors que son partenaire a encore une carte pénalisée, il doit demander au déclarant :
  • s'il interdit de joueur la couleur de cette carte
  • s'il exige de joueur de cette couleur.
  • si le déclarant exige ou interdit, la carte l'est plus pénalisée et le joueur la reprend dans sa main.
  • si le déclarant laisse le joueur libre d'attaquer ce qu'il veut, la carte reste pénalisée.

Je détaille un rien le point 1 ci-dessus énoncé :

1. Attaquer : le joueur qui a une carte pénalisée doit la jouer s'il "a la main" (il remporte une levée).
2. Fournir : le joueur qui a une carte pénalisée doit la fournir si la couleur en question est jouée, quelles que soient les autres cartes qu'il détiendrait dans cette couleur.
3. Défausser : le dit joueur doit fournir cette carte pénalisée s'il ne détient plus de carte dans la couleur jouée, que ce soit un atout ou pas.
4. Couper : donc le joueur doit couper s'il en a l'occasion !

Ne vous méprenez pas, je ne vais pas vous conter ici l'une ou l'autre histoire pour enfants !

Je vais très sérieusement vous parler (encore !) de bridge, et plus précisément de la situation qui n'est point rare, du fameux passe "Blanche-Neige".

En troisième position, après des enchères du style 1♣   1♠   ..., et avec une main de ce type : ♠:ADV96   :982  :D762  ♣:2, le n° 3 ne peut que passer : c'est le fameux passe "Blanche-Neige" !
Le n° 4 passe à son tour...
 
L'ouvreur, à présent en position de réveil peut détecter cette situation car :
 
  • Court dans l'intervention (ici à ), le partenaire y est forcément long (le n°4 n'a pas soutenu).
  • Long dans l'intervention, le partenaire y est court et faible
L'ouvreur est donc en mesure de décider de réveiller les enchères :
 
  • Fort, à partir de 17H
  • Court dans l'intervention, dans tous les cas

 

 

Cette convention est peu connue, pourtant elle est très intéressante et facile à retenir.
 
Situation
Vous avez une main de barrage au palier de 3 ou ...
Un bicolore au moins 5-5, maximum 4 perdantes et pas une troisième couleur par un gros honneur.
 
Remarques
1. Barrage
Quand vous ouvrez en barrage, votre main est largement dévoilée aux adversaires. De plus c'est votre partenaire qui subit l'entame. Il serait donc préférable que vous soyez le mort et votre partenaire le déclarant.
2. Bicolore fort
Avec certains bicolores, vous devrez ouvrir au niveau de un, et faire une enchère forcing au second tour. Le danger est que votre partenaire ... passe sur votre ouverture, enterrant parfois une manche sur table !
Un exemple ? Le voici...
Votre main étant  ♠:AR10732   :AR1054  :2   ♣:7
Ouvrir de 2 Trèfle avec cette main n'est pas conseillé, il ne vas pas être possible de bien la décrire...
Vous ouvrez d'un Pique et votre partenaire passe avec la main suivante : ♠:6   :D9763  :85   ♣:98762
Si la défense ne réveille pas, vous êtes passé à côté d'une manche à Coeur sur table.
 
Convention
Annoncez la couleur la moins chère en Texas au palier de 3, sauf :
 
    1. Si c’est , Texas sur la plus chère
    2. Majeure nettement plus belle que la mineure (carreau, donc vu le point 1) : Texas sur la majeure
    3. Annoncer 3♠ en Texas sur 3SA (mineure affranchie)
    4. 3SA, bicolore au moins 65 (avec 6), forcing de manche

    Le répondant « corrige », sauf si espoir de manche en face d’un barrage hypothétique
     (si cela vous semble trop compliqué à retenir, ne retenez que le cas où le répondant corrige)
 
    Si le répondant a corrigé, l’ouvreur :
         Passe                Main de barrage
         L’autre couleur    Sauf si bicolore  et une autre couleur, il dit alors 3SA

    Le répondant ne corrige pas, mais sur …
        Ouverture de 3 :
            3SA          Pour les jouer
            Couleur     Belle couleur au moins 6ième ou contrôle avec soutien
                                   Si misfit et faible l’ouvreur répète sa couleur.
                                   Si misfit et fort, 3SA
                                   Si fit, soutien
        Ouverture Texas majeure
            3SA          Soutien. L’ouvreur annonce la manche si barrage
            Couleur     Belle couleur au moins 6ième
                                   Si misfit et faible l’ouvreur répète sa couleur.
                                   Si misfit et fort, 3SA
                                   Si fit, soutien
Le règlement concernant le jeu de la carte au bridge est d'une simplicité remarquable et s'énonce comme suit : "il faut suivre dans la couleur jouée (n'importe quelle carte de cette couleur) et si ce n'est plus possible, on peut déposer n'importe quelle autre carte (renonce)".
 
Il n'y a donc qu'une seule obligation : il faut suivre. A la table, il arrive qu'un joueur se trompe et, possédant encore de la couleur jouée, dépose une carte d'une autre couleur.
Je vous livre ici un résumé (partiel) des dispositions du règlement à ce sujet.
 
Deux cas se présentent :
 
1. La renonce n'est pas "consommée"
C'est-à-dire que la levée suivante n'a pas encore été démarrée, et la renonce incorrecte est signalée par l'un ou l'autre joueur.
Dans ce cas, le joueur fautif laisse la carte jouée visible sur la table, elle est pénalisée (un hebdobridge prochain en parlera) et fournit correctement dans la couleur.
 
2. La renonce est "consommée"
C'est-à-dire que la levée suivante a été démarrée.
Dans ce cas, que la faute soit détectée à ce moment ou plus tard, on ne revient pas en arrière (on continue donc de jouer "comme si de rien n'était", sauf s'il s'agissait de la douzième levée, auquel cas on corrige comme pour une renonce non consommée).
Une fois la donne terminée, on procède comme suit :
  - Si le joueur fautif a gagné la levée de la renonce, cette levée plus une autre gagnée ultérieurement est transférée à l'autre camp.
  - Si le joueur fautif n'a pas gagné la levée de la renonce, une levée gagné ultérieurement est transférée à l'autre camp.
Evidemment, on ne transfère pas de levée si le camp fautif n'a gagné ni la levée de renonce, ni aucune levée suivante !
Il y a encore d'autres cas plus "tordus" : consultez le règlement international, LOI 64.B
Enfin, si le camp non fautif estime avoir été insuffisamment dédommagé par cette Loi, il appelle l'arbitre qui peut attribuer une marque ajustée...