L'ouverture de deux (majeur) faible, née dans les années '60 dans des systèmes d'enchères artificielles, comme le "Trèfle Précision", est depuis adoptée par une majorité de joueurs.

Comment se défendre contre une telle ouverture, le niveau des enchères étant déjà élevé dès le premier tour ?

Cet hebdobridge y est consacré, résumé du chapitre n° 63 du livre de Philippe Soulet et Thierry Rouffet, "La majeure 5ième gagnante ... et tous ses secrets", livre basé sur le S.E.F. (Système d'Enseignement Français), agrémenté de nombreuses conventions classiques ...

En deuxième position

Avant tout un conseil : ne vous manifestez pas avec une main faible, vous ne connaissez pas la force du n° 3 !

    Couleur : positif, belle ouverture, couleur sixième ou plus faible et belle distribution
    Contre :   comme sur une ouverture normale mais un rien plus fort, réponses un rien différentes :
          Palier minimum           Main faible
          2SA "mini Cue-Bid"     8+H, forcing et les réponses :
                                                    14-17H         Première mineure économique
                                                    Cinq cartes   2/3 dans l'autre majeure
                                                    19-20H         3SA (arrêt adverse)
                                                    Cue-Bid        Fort, pas d'arrêt adverse, pas quatre cartes dans l'autre majeure
          Cue-Bid                      10-11+H, quatre cartes dans l'autre majeure
          Manche majeure          Cinq cartes
          3SA                           12+H, pour les jouer
    2SA :      16-18H régulier, arrêt adverse, majeure 5ième possible. Réponses comme sur intervention  à 1SA
    Cue-Bid : bicolore mineur fort
    3SA :       longue mineure affranchie, arrêt adverse
    4♣/4 :     bicolore fort (mineure annoncée et l'autre majeure). Forcing
 

En réveil

    Comme en position deux, mais les enchères sont décalés de trois points vers le bas.
   

   

 

    
 
 
  
  

Le graal des techniques pour le déclarant est sans conteste le "squeeze" (en tout cas pour moi !)

Il paraît qu'il y a en moyenne un squeeze potentiel sur cinquante donnes. Si donc vous jouez deux tournois de régularité par semaine, votre camp est susceptible de squeezer ou d'être squeezé en moyenne une fois.

Il y a toute une variété de squeeze, un hebdobridge futur en parlera sûrement.


En attendant, je vous propose un squeeze très particulier et très facile, un squeeze contre les paires débutantes (oui ça peut paraître laid, mais c'est la dure loi du bridge...). On pourrait le rajouter à une des techniques pour le déclarant, exposées dans l'hebdobridge n° 3.

C'est le squeeze mexicain !
Ne me demandez pas d'où vient ce nom, j'en connais la technique depuis les années 70.
 
De quoi s'agit-il ?
Tout simplement de ceci : vers la fin du jeu de la carte, déclarant, vous constatez que vous ferez toutes les levées restantes sauf peut-être une ou deux. Par exemple, tous vos atouts restants à Pique et peut-être ces deux derniers Coeur dont un seul est maître pour l'instant, mais dont le second le deviendrait si le détenteur des deux Coeurs restants ... en défausse un.
Alors, jouant contre cette paire de niveau faible, ne tablez pas en disant "je vous concède un Coeur et je fais le reste...", non, défilez vos atouts et si vous voyez un adversaire défausser son Coeur, alors seulement tablez !
 
Ce n'est donc pas un squeeze, mais simplement une façon d'essayer de profiter d'une erreur adverse.
Au départ punitif, le sens de la petite carte rouge "contre" a bien évolué depuis les origines du bridge.
On en dénombre une bonne douzaine !
Je vous les énumère :
 
                1.   Punitif                             2.  Appel                             3.    Réveil
                4.   Optionnel                        5.   Indicatif                          6.    Lightner
                7.   Négatif                            8.   Spoutnik (simple)           9.    Spoutnik généralisé
                10. (sur)Contre Rosenkranz    11.  (sur)Contre de soutien    12.  Contre sur 1SA
                13. Contre conventionnel
 
Le contre "Lightner" demande au partenaire de faire une entame anormale.
Dans le cas d'un chelem, quelqu'un m'a une fois dit : on ne contre un petit chelem à la couleur qu'avec l'As et le Roi d'atout.Je trouve cela un peu réducteur !
Si les enchères s'y prêtent, contrer un petit chelem à la couleur avec une chicane et un As peut rapporter gros, surtout si toute autre entame "donne" le contrat.
Voici un exemple: Ouest donneur, Est/Ouest vulnérables
 
                                                           Nord
                                                            ♠  -
                                                            ♥  7 3 2
                                                            ♦  10 9 8 7 6
                                                            ♣  7 6 5 4 2
                              Ouest                                                   Est
                              ♠  A D 10 9 7 3                                      ♠  R V 6 2
                              ♥  A D 9                                                  5
                              ♦  5                                                         R D V
                              ♣  10 9 8                                              ♣  A R D V 3

                                                            Sud

                                                             ♠  8 5 4
                                                             ♥  R V 10 8 6 4
                                                             ♦  A 4 3 2
                                                             ♣  -
    Ouest   Nord    Est     Sud
    1♠        -           2♣      2          L'enchère de Sud est contestable, mais non vulnérable contre vulnérable ...
    2♠        -           3♠      -             Soutien différé à saut, forcing manche !
    4        -           4SA    -            Contrôle Carreau, puis Blackwood aux clefs
    5♠        -           6♠      X            Deux clefs et la Dame d'Atout - Contre Lightner !
 
Si Nord entame Trèfle, il y a de très fortes chances que le contrat chute : Sud coupe et encaisse son As de Carreau.
Vues les enchères, la demande d'une entame anormale est fondée : une entame normale serait Coeur dans la couleur de Sud, il ne reste dès lors qu'à choisir entre Trèfle et Carreau : l'entame dans la couleur du mort paraît plus anormale que celle dans la couleur non annoncée (mais tenue par Ouest) donc ...


 

Dans l'hebdobridge n° 20 nous avons vu une façon (à adopter ...) de démarrer l'annonce des contrôles en vue d'un chelem éventuel.

Rappel de la règle (à adopter si cela vous tente) : celui qui commence l'annonce des contrôles le fait au palier de son choix et ensuite, l'ordre économique est rétabli : tout contrôle "sauté" est alors dénié.

Pour certaines mains comme celle présentée ci-dessous, il y a un problème à résoudre.
Jugez-en par vous-même.

 
Exemple :
♠  A 10 8 6 5 4        
  A
  A R D 3
♣  9 3
 
Sur votre ouverture de 1♠, votre partenaire a soutenu à 3♠ (11-12 DH, 4 cartes à Pique)
Avec vos (à présent) 22DH, vous pouvez démarrer l'annonce des contrôles, mais il y a un hic : il n'y a pas moyen de s'enquérir du contrôle à ♣ sans dépasser le palier de la manche et/ou celui éventuel du Blackwood.
 
Dans ce cas, une convention classique est d'annoncer 3 SA qui signifie : "partenaire, commencez économiquement l'annonce de vos contrôles". Ainsi, si le partenaire annonce alors 4♣, vous êtes fixé et pouvez poser le Blackwood.
Sans cette convention, vous auriez dit 4, et le palier de 5, supérieur au Blackwood, aurait peut-être été nécessaire pour connaître chez votre partenaire, le contrôle à ♣.
 
Il existe encore quelques autres situations délicates.
Nous reviendrons dessus dans un futur hebdobridge.


 (inspiré du livre Les Chelems, édition le Bridgeur, de Philippe Cronier, Nicolas Déchelette et Alain Lévy)

Les enchères vous ont amené à envisager un chelem.
Il est alors temps de vérifier l'existence des contrôles du premier ou second tour des quatre couleurs.
Contrôle d'honneur (As ou Roi) ou contrôle de coupe (chicane ou singleton).
 
L'enchère de contrôle montre la possession de l'un de ces contrôles (il n'y a pas de priorité entre le contrôle du premier ou du second tour). Une fois la connaissance des quatre contrôles établie, on pourra se diriger vers le petit ou le grand chelem, à la couleur ou Sans-Atout. S'il manque des contrôles, on s'arrêtera à un palier plus bas : si une couleur n'est pas contrôlée, la défense pourrait d'entrée s'y attribuer deux levées !
Ensuite, une fois établie la connaissance des quatre contrôles, on peut poser le Blackwood (4 Sans-Atout) pour le compte des As etc...
 
La marge de manoeuvre entre les enchères de contrôle et le Blackwood étant assez étroite, on serait enclin à annoncer les contrôles de façon économique.
Détrompez-vous : le joueur qui démarre le déclenchement des contrôles nomme le contrôle qui lui convient, pas nécessairement le plus économique !
 
Ses priorités sont :
  1. Nommer le contrôle juste sous celui qu'il voudrait connaître chez son partenaire
  2. Ne pas nommer en premier un contrôle de courte dans la couleur du partenaire
 
Exemple :
♠  A 10 8 6 5 4        
  9 3
  A
♣  A R D 2
 
Sur votre ouverture de 1♠, votre partenaire a soutenu à 3♠ (11=12 DH, 4 cartes à Pique)
Avec vos (à présent) 22DH, vous démarrer l'annonce des contrôles : vous seriez tenté de dire 4♣, mais si le partenaire annonce alors un contrôle Carreau (4), vous serez toujours dans l'inconnue en ce qui concerne le contrôle à .
Annoncez donc vous-même 4, de façon à laisser à votre partenaire la possibilité d'annoncer son éventuel contrôle à , ou, dans ce contexte-ci, de poser lui-même directement le Blackwood.
 
Nous verrons dans l'hebdobridge suivant comment demander au partenaire de commencer, lui, l'annonce des contrôles.